Les autorités brésiliennes ont rejeté mardi un rapport d’impact environnemental de la multinationale pétrolière française Total relatif à son projet d’exploration pétrolière au niveau de l’embouchure de l’Amazone.

Le gouvernement brésilien a même menacé de mettre fin à cette initiative en l’absence de garanties sur la protection des récifs coralliens.

L’agence environnementale brésilienne «Ibama», placée sous tutelle du ministère de l’Environnement, a soutenu dans un communiqué, que «le mode de dispersion de pétrole, par exemple, ne peut laisser subsister aucun doute sur les conséquences possibles sur les bancs de coraux et la biodiversité marine d’une manière plus large».

«L’Ibama a déjà formulé trois fois au cours de la procédure des demandes de complément de l’étude environnementale», stipule le texte, paraphé tard lundi dernier. «Si l’investisseur ne répondait pas aux points soulevés par l’équipe technique, la procédure de licence serait arrêtée», a tranché l’agence environnementale.

Dans un courrier électronique adressé à la presse, Total E&P, succursale locale du groupe français, a affirmé être «en train d’évaluer la demande d’informations techniques reçues d’Ibama ce mardi matin, au sujet de l’exploration des blocs du bassin de Foz do Amazonas». Et d’assurer que «la procédure pour la licence environnementale suit son cours».

Plusieurs organismes de protection de l’environnement actifs au niveau national et international, dont Greenpeace, ont dénoncé le projet de Total.

 

Tags: , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*