Jeudi 12 avril dernier, l’Afrique du Sud a rendu public les chiffres officiels du secteur touristique en 2011 : un an après le Mondial, le pays arrive à réaliser un nouveau record.

8,3 millions ! Voilà le nombre d’arrivées de touristes en Afrique du Sud au cours de l’année 2011. Ce qui correspond à une hausse de 3,3 %. Une grande performance car même les autorités du secteur ne pensaient pas dépasser les 15 % de hausse enregistrés en 2010 à l’occasion de la Coupe du Monde de football. Et, au ministre de tutelle, Marthinus van Schalkwyk, de louer la tenue de cet événement planétaire : « la Coupe du monde de football 2010 a été une occasion unique pour notre pays ». Elle « nous a offert une exposition médiatique sans précédent valant plusieurs milliards de dollars et nous a laissés des infrastructures touristiques et à la pointe de la modernité ». En effet, les capacités hôtelières sud-africaines ont été rehaussées de 20 % en 2010. Ces structures d’hébergement ont bien servi en 2011 pour accueillir principalement les touristes africains. Ils sont arrivés à plus de 6 millions l’année dernière, marquant une hausse de 6,8 % et constituant le plus grand marché de l’industrie touristique sud-africaine. Ensuite, viennent les touristes européens et nord-américains à l’instar des britanniques (420 500 arrivées mais une baisse de 7,2 %), les américains (287 614 arrivées pour une hausse de 1,9 %) et les allemands (236 000 arrivées pour une hausse de 9,3 %).

Bien que constituant le nombre majeur de touristes par nationalité, les européens se sont faits rares en Afrique du Sud à cause de la crise de la dette. Les arrivées européennes ont ainsi réalisé une baisse globale de 3,5 %. A l’opposé, les pays émergents, avec une hausse générale de 14 %, étaient bien au rendez-vous : à titre d’illustration, les 90 367 touristes indiens ont réalisé une hausse de 26,2 % et les 84 883 touristes chinois, une augmentation de 24, 3 %. Les segments émergent et africain sont les principaux artisans du record touristique de l’Afrique du Sud.

 
 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*