Dialogue inter-libyen : Signature à Bouznika des accords sur les critères d’attribution des postes de souveraineté

Les délégations libyennes du Haut Conseil d’État basé à Tripoli et de la Chambre des Représentants basée à Tobrouk réunies depuis le 2 vendredi octobre à Bouznika, au Maroc, ont achevé leurs discussions par la signature ce mardi, des accords globaux sur les critères et les mécanismes d’attribution des postes de souveraineté, tel que prévu dans l’article 15 de l’Accord politique libyen conclu en décembre 2015 à Skhirat.

Les participants à ce second round du dialogue inter-libyen, affirment que «les aboutissements du dialogue entre les deux délégations constituent un apport sur lequel il est possible de capitaliser, pour instaurer la stabilité dans le pays et mettre fin à la division institutionnelle».

Dans leur déclaration finale, les deux parties se disent déterminées «à poursuivre leurs rencontres consultatives, dans le Royaume du Maroc, afin de coordonner l’action des institutions politiques, exécutives et de contrôle, garantissant ainsi la fin de la période transitoire», a indiqué Driss Omran, membre de la Chambre des représentants libyenne lors d’une conférence de presse tenue en présence du ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

A la même occasion, les représentants du parlement de Tobrouk, présidé par Aguila Salah, proche du maréchal Khalifa Haftar, et ceux du Haut Conseil de l’Etat, dirigé par Khaled al-Mechri, ont renouvelé leurs remerciements au Royaume du Maroc pour ses efforts «qui ont permis de surmonter les obstacles, afin d’aboutir à de véritables accords libyens, en harmonie avec les dispositions de l’Accord politique libyen», a ajouté Driss Omran. 

Les deux délégations mettent à la disposition du Haut Conseil d’État et de la Chambre des Représentants libyens les procès verbaux des accords auxquels elles sont parvenues lors des 1 et 2ème rounds, en vue de procéder aux mesures de renouvellement des structures des institutions souveraines, conclut la déclaration finale.

Pour rappel, les deux rounds de Bouznika se sont focalisés sur la mise en œuvre de l’article 15 de l’accord politique libyen conclu à Skhirat qui porte sur la répartition des sept postes souverains : la banque centrale, la commission anti-corruption, la Haute Commission électorale et le Conseil de la magistrature.

 

Andreï Touabovitch