La Chine grande gagnante de l’accord du plus grand marché de libre-échange au monde

A l’occasion de la clôture hier dimanche d’un sommet virtuel qui avait débuté jeudi, quinze pays d’Asie et du Pacifique ont signé un important accord commercial de libre échange, à l’initiative de  la Chine. 

Considéré comme la réponse chinoise à une initiative américaine abandonnée, cet accord est une victoire pour l’Empire du Milieu qui étend son emprise sur l’économie mondiale. 

Ce partenariat stratégique  économique global, baptisé RCEP, devient l’accord commercial le plus important du monde. En effet, ses membres génèrent 30% du Produit Intérieur Brut (PIB) mondial et il concernera plus de 2 milliards d’habitants de la planète. 

L’accord vise à créer une zone de libre-échange entre la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les dix pays de l’Asean (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) à savoir l’Indonésie, la Thaïlande, Singapour, la Malaisie, les Philippines, le Vietnam, la Birmanie, le Cambodge, le Laos et Brunei. 

Le seul bémol est l’absence de l’Inde qui a décidé l’an dernier de se retirer de ce projet par crainte de voir des produits chinois à bas prix envahir son marché. 

L’accord prévoit des baisses de taxes à l’importation, une harmonisation des procédures douanière et inclut également des clauses sur le respect de la propriété intellectuelle. Il exclut en revanche tout ce qui touche à la protection des travailleurs et de l’environnement. 

Andreï Touabovitch