frontiere-syrie-turquie-930_scalewidth_630Réunis, lundi 27 mai à Bruxelles pour revoir l’ensemble des mesures arrêtées contre la Syrie, les ministres des affaires étrangères de l’Union Européenne ont décidé de mettre fin à l’embargo sur les armes. Le but est non seulement de faire pression sur le régime, mais également, de soutenir l’opposition, à savoir la Coalition nationale syrienne dans sa lutte pour la libération du peuple syrien.

C’est une décision que d’aucuns comme les Etats-Unis saluent, tandis que d’autres, notamment les insurgés, qualifient de peu suffisante et tardive.

Quoi qu’ayant,jusqu’alors, refusé de livrer des armes à la rébellion,Washington estime que la levée de l’embargo européen est utile parce qu’elle envoie un message au régime syrien en place. Pour lui, cette décision rentre dans le cadre des efforts de la communauté internationale qui visent à faire la démonstration de son appui total à l’opposition syrienne.

Par ailleurs, de l’avis des insurgés, il s’agit certainement d’un pas positif, mais insuffisant et qui intervient trop tard à cause des 100 milles morts du pays.

Quelques observateurs et critiques de la scène politique syrienne estiment qu’une telle décision, loin d’apporter une issue à la crise, aura des effets plus dévastateurs : c’est l’assurance de milliers de morts, a rapporté Hervé Gattegno sur RMC.fr. cette opinion est partagée par le régime Assad, mais non pour les mêmes motifs.

En effet, ce dernier a réagi, par le biais d’un communiqué du ministère des affaires étrangères, en soutenant que la décision de l’Union Européenne constitue un obstacle aux efforts internationaux en vue d’une solution politique à la crise.

Bref, même si le régime syrien en place accuse l’UE de soutenir les rebelles, qu’il qualifie de « terroristes », l’Union, quant à elle, porte désormais l’épée de Damoclès de potentielles livraisons d’armes à cette même rébellion au-dessus de la tête de Bachar al-Assad.

 

Tags: , , , , , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*