La deuxième ville de l’Etat américain est tout en feu

27.06-colorado-incendie930620_scalewidth_630Des feux embrasent Colorado, la deuxième ville de l’Etat américain, depuis ce mercredi et sa population est mobilisée en foule. De vastes territoires sont consumés, des maisons détruites et des milliers de personnes évacuées. La situation est jusque là alarmante et le bilan définitif des dégâts n’est pas encore établi.

Il ne s’agit pas d’un seul incendie qui menace actuellement le Colorado, mais plusieurs dont le plus violent est le Black Forest Fire, qui a dévoré près de 3.500 hectares près de Colorado Springs, selon le dernier décompte. Hors contrôle, l’incendie Royal Gorge a déjà englouti plus de 1.500 hectares et entraîné 250 évacuations, selon le site d’information sur les incendies Inciweb. Les feux sont alimentés par des températures élevées, des taux d’humidité très bas et des vents forts. Terry Maketa, shérif du comité d’El Paso, a précisé lors d’un point de presse,  que l’étendue de la surface balayée par les flammes pourrait dépasser 4.500 hectares après réalisation exacte des relevés topographiques.

Mercredi 12 juin, environ 150 pompiers ainsi que la Garde nationale étaient mobilisés, faisant face à ces flammes avec 48 hélicoptères. Nombreuses sont les maisons détruites, suite à la progression très rapide des incendies qui ont consumé une grande partie du terrain. Le brasier est toujours « hors de contrôle » comme l’affirme Terry Maketa. Jusqu’au soir de ce mercredi, 92 maisons étaient entièrement consumées, et ce bilan n’est que provisoire, selon le shérif. Aucune perte humaine n’est mentionnée jusqu’ici dans la région, mais il faut s’y attendre. Il a fallu d’urgence transférer dans une autre prison plus de 900 prisonniers d’un centre correctionnel proche de Colorado Springs, et sommer quelque 9.500 habitants de la région à quitter les lieux.

Cela reste étrange que plusieurs personnes aient résisté à la sommation de quitter leurs maisons devant la menace des feux ardents. Il faut s’enquérir aujourd’hui de leur sort, pour se rassurer si ces personnes sont encore en vie, propose le shérif dans ses craintes.

Mohamed El Abdi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *