USA :Plan pour éviter le défaut de paiement

Web_Boehner--672x359Un premier espoir pour éviter le défaut de paiement est apparu au terme d’une réunion de plus d’une heure, jeudi, entre le président Barack Obama et 20 responsables républicains Une solution sera trouvée, selon les propos optimistes de Eric Cantor, chef de la majorité républicaine à  la Chambre des représentants .

Les républicains ont proposé au président un relèvement temporaire de la limite de la dette jusqu’au 22 novembre pour écarter le risque d’un défaut de paiement. Mais aucune disposition n’est encore prise pour relancer entièrement l’Etat fédéral paralysé depuis le 1er octobre. En échange du relèvement de la dette, les républicains veulent l’ouverture de négociations sur le budget et une réforme des programmes sociaux tels que le système de retraite.

Pour les démocrates, dont une délégation était également reçue dans la même journée par le président américain, toutes les négociations sont envisageables mais ne peuvent conditionner la fin de la paralysie de l’Etat fédéral. Plusieurs discussions sont prévues et Barack Obama doit consulter son administration.

La limite de la dette américaine, actuellement d’environ 16.700 milliards de dollars, a été atteinte en mai et seules des mesures extraordinaires ont permis au Trésor de continuer à emprunter.Maïs cela ne sera définitivement plus possible au-delà du 17 octobre, ce qui limiterait les ressources du Trésor à environ 30 milliards de dollars.

Avec la paralysie de l’Etat fédéral, plusieurs centaines de milliers de fonctionnaires sont au chômage technique qui devrait à la fin de la semaine prochaine ( si aucun accord n’est trouvé), s’étendre aux tribunaux fédéraux. En plus de l’embarras dans lequel elle plonge l’administration américaine, cette situation entrave les opérations de l’Etat. La signature d’un accord entre la France et les Etats-Unis contre l’évasion fiscale a dû être reportée.

Francis Shwarz

Francis Shwarz

ancien Senior Consultant spécialisé dans les questions de stratégie économique au sein de la société Boston Consulting Group (BCG), et ancien manager au sein du groupe spécialisé dans les services pétroliers Schlumberger. en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager