Connu dans les récentes décennies comme le nid de toutes les misères, l’Ethiopie avec la mise en orbite de son premier satellite dans les cinq prochaines années tel que prévu dans le mémorandum d’accord signé avec la STSG, s’impose déjà comme une puissance régionale et même continentale.

satélite-ethiopie1
Serait-ce le réveil d’une vieille puissance ou plutôt le souci de rattraper le retard que le pays a pris pendant sa longue guerre civile ? Voici autant de questions qui se posent lorsque l’Ethiopie franchit le cap du lancement prochain d’un satellite. Contre toute attente, ce pays a signé un mémorandum d’entente ce 30 août avec la STSG, groupe des technologies de l’espace et de la science.

Cet accord tourne autour de la mise en orbite d’un satellite de recherche éthiopien. Initié par le gouvernement éthiopien et le centre de recherche Solomon Belay, à terme, ce satellite devrait améliorer le domaine de la recherche du pays. Il devrait aussi servir à l’observation de la terre et à la recherche spatiale et technologique.

La STSG, aux termes de ce mémorandum d’entente, se chargera du développement, de la construction et du lancement de cet appareil dans l’espace. Basé en Finlande, le groupe est le leader de la recherche dans l’industrie technologique. Sa sollicitation est donc loin d’être dictée par la modicité des moyens ou la gentillesse de l’offre, mais par la qualité de ses services.

A la suite de cette annonce, le monde des chercheurs n’a pas fait attendre sa réaction. Le président du comité de l’EORC, Tefara Walwa, a annoncé que des chercheurs américains, chinois et européens avaient émis le souhait de prendre part à cette « aventure éthiopienne ».

Se développer dans le cas de l’Ethiopie apparait plus comme une volonté que comme une entreprise dotée de grands moyens. On aura vu ce pays, effondré sous le poids d’une longue crise civile, se relever et prendre le chemin des Etats puissants.

 

Tags: , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*