gaspilage-alimentaireAu Luxembourg, le gaspillage alimentaire atteint des niveaux inquiétants, avec 115 kg par habitant et par année. Des fois accusée d’en être à l’origine, la grande distribution essaie de remédier à cela.

Comme plusieurs pays au niveau de vie élevé, le Grand-Duché est confronté au gaspillage alimentaire. Actuellement, nombre d’enseignes de la grande distribution s’investissent dans la lutte contre ce triste fléau. A titre illustratif, Auchan a fait don, au cours de l’année dernière, de 108 tonnes d’invendus à la Stëmm vun der Strooss. La chargée de direction de cette organisation, Alexandra Oxacelay, relate la genèse de la collaboration entre ces deux parties : « comme Auchan était partenaire des Restos du cœur en France, ils cherchaient une association similaire au Luxembourg. Et ils nous ont trouvés », a-t-elle expliqué. Afin d’apporter de l’aide à ses bénéficiaires défavorisés, Stëmm vun der Strooss collecte, depuis 2009, les aliments arrivés à la date limite de consommation chez Auchan. Pour ce qui est de l’année dernière, cette association a récupéré essentiellement « des légumes, des fruits, des pâtes, du riz, des produits secs, des biscuits, du pain, de la charcuterie … ».

Ces aliments sont scindés en deux parts, dont l’une sert à préparer des repas chauds servis dans les locaux de Stëmm vun der Strooss à Luxembourg-Hollerich et l’autre est d’abord transformée et, ensuite, redistribuée sous forme de colis alimentaires dans le pays. Ce dernier volet est mis en œuvre par la « Stëmm Caddy ». Grâce à cette structure mise sur pied en 2014, le volume des collectes a quintuplé en l’espace d’un an, passant de 20 tonnes récupérées en 2013 à 108 tonnes l’année dernière. Un travail assuré par une quinzaine de personnes en situation de réinsertion professionnelle.

 

Tags: , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*