thailande-touristes-chinoisEn Thaïlande, les manières des touristes chinois ne sont pas toujours appréciées. Toutefois, étant environ 5 millions à visiter ce pays, ils constituent la principale source de revenus du secteur.

Les voyageurs chinois sont accusés de bien de maux en Thaïlande. En 2014, beaucoup d’entre eux étaient impliqués à plusieurs incidents, qui ont été relayés dans les réseaux sociaux. Il y a eu, par exemple, toute une polémique sur l’utilisation des toilettes d’un temple bouddhique situé au nord de la Thaïlande au point que le responsable de ce site en a même interdit provisoirement l’accès aux touristes chinois. Toujours en lien avec la religion, il est arrivé qu’un Chinois donne un coup de pied à une cloche dans un temple bouddhique, ce qui est très grave à l’entendement des adhérents à cette croyance. Bref, la culture thaïlandaise, teintée notamment de respect et de discrétion, contraste avec l’attitude plutôt décontractée et bouillante des Chinois. Raison pour laquelle ces derniers choquent des fois les autochtones, particulièrement sur des lieux religieux.

Néanmoins, la manne financière que représentent les visiteurs chinois convainc les Thaïlandais de les supporter. En effet, les touristes en provenance de l’Empire du Milieu constituent le cinquième des visiteurs de la Thaïlande. Et, le tourisme soutient énormément l’économie thaïlandaise. Sur base de ce qui précède, le pouvoir en place souhaite donc maintenir et même augmenter le nombre de touristes chinois mais tout en travaillant à atténuer l’impact négatif de leur passage. Dans ce cadre, environ 100 000 exemplaires d’une brochure destinée aux voyageurs chinois ont été publiés. Ce document contient certains conseils pratiques comme, par exemple, ne pas crier en public ou se déchausser à l’entrée des temples bouddhiques.

De son côté, le gouvernement chinois a également pris des mesures allant dans le même sens, parmi lesquels d’éduquer les citoyens sur les usages auxquels se conformer lors d’un voyage à l’étranger.

 

Tags: , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*