cinq-propositions-hydroelectriques-grande-envergureAux Etats-Unis, l’électricité revient le plus cher aux habitants du nord-est. Raison pour laquelle ces derniers comptent énormément sur le potentiel hydroélectrique des rivières québécoises pour baisser leurs factures. Mais, le transport de cette énergie vers des villes comme Boston ou New York est sujet à débat.

A l’heure actuelle, cinq projets hydroélectriques importants visant à fournir plus d’électricité aux Etats du nord-est des USA sont entrain d’être examinés ou montés. Néanmoins, certains, préoccupés par le danger que peut représenter les lignes de transport électrique pour des sites naturels à l’instar des montagnes blanches du New Hampshire, s’y opposent. D’autres sont également réticents, craignant qu’une trop grande dépendance à cette source de courant puisse mettre à mal les efforts en vue de baisser la consommation d’électricité ou développer des sources d’énergie vertes locales.

Le mois dernier, l’Agence américaine d’Information sur l’Energie (EIA) a annoncé que les résidants de l’Etat de la Nouvelle-Angleterre devraient s’acquitter de 20,2 cents par kilowatt-heure au cours du troisième trimestre 2015. Un tarif supérieur à la moyenne américaine de 7 cents environ. Quant aux habitants de New York et du New Jersey, ce serait 16,5 cents par kilowatt-heure. Il faut noter que l’année dernière, 1,6 % de l’électricité achetée par les USA était d’origine canadienne et les Etats de Nouvelle-Angleterre et de New York utilisaient 60 % de ces achats, d’après des informations émanant de l’EIA. Et, au sein de ces marchés, les importations canadiennes représentaient 12 à 16 % des ventes d’électricité en détail.

Pour ce qui est de la Nouvelle-Angleterre, l’électricité canadienne y consommée provient majoritairement d’Hydro-Québec. Cette compagnie travaille présentement et en collaboration avec Eversource Energy, une entreprise basée à Hartford au Connecticut, sur « Northen Pass ». Il s’agit d’un projet d’une valeur de 1,4 milliard de dollars visant à acheminer 1200 mégawatts d’électricité dans certaines principales localités du sud de la Nouvelle-Angleterre principalement au moyen de lignes électriques aériennes sur le New Hampshire. Ce qui, selon certains opposants, constituerait un danger pour la beauté des paysages de cet Etat et entraînerait la chute des prix des propriétés environnantes. Pour y remédier, il a été proposé d’enfouir ces lignes électriques. Ce qui occasionnera un coût supplémentaire de 3 à 4 milliards de dollars, selon certaines estimations.

 

Tags: , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*