Moscou appuie la position du Maroc dans le dossier du Sahara

roi-poutineLa Russie a réaffirmé lundi son soutien au Maroc dans le processus du règlement du conflit du Sahara, à l’occasion de la visite officielle que le Roi Mohammed VI effectue depuis dimanche dernier en Russe.
Dans une « Déclaration sur le partenariat stratégique approfondi entre la Fédération de Russie et le Royaume du Maroc » rendue publique mardi à Moscou, il est écrit que « la Fédération de Russie tient dûment compte de la position du royaume du Maroc concernant le règlement de ce problème » du Sahara.
La Fédération de Russie a affirmé également « prendre note » des projets socio-économiques lancés par le Maroc dans les provinces du Sud visant le développement de cette région et l’amélioration des conditions de vie de sa population.
Dans la matinée de mardi, le roi Mohammed VI et le président russe, Vladimir Poutine ont abordé cette question et d’autres sujets d’intérêt commun lors d’un entretien qu’ils ont eu mardi matin au Kremlin.
En début d’après midi les deux chefs d’Etat ont présidé la cérémonie de signature de plusieurs conventions de coopération bilatérale dans divers domaines.
A cette occasion, le président Poutine s’est félicité de l’excellence des relations entre Rabat et Moscou, tout en formulant le vœu de voir croître le volume des échanges commerciaux entre les deux pays.
Les conventions et accords signés par les membres des deux gouvernements, portent sur l’extradition entre le Maroc et la Russie, les services aériens, les domaines de la protection de l’environnement et de l’utilisation rationnelle des ressources naturelles, la pêche maritime, la promotion et la protection réciproques des investissements ainsi que sur la protection mutuelle des informations classifiées dans le domaine militaire et militaro-technique et la lutte contre le terrorisme international.
Pour rappel, en marge de la visite royale, les promoteurs privés marocains et russes ont mis en place un nouveau Conseil économique ayant pour mission d’accroitre et de diversifier les échanges commerciaux et les investissements entre les deux pays.

Andreï Touabovitch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *