temer-joLe chef d’Etat brésilien par intérim, Michel Temer, a assuré lundi au Comité International Olympique (CIO) l’engagement du Brésil à travailler pour la réussite des Jeux de Rio tout en balayant toute menace de boycott en raison de la crise politique que traverse ce pays.

Le dirigeant brésilien s’est entretenu par téléphone avec le président du CIO, Thomas Bach, quatre jours après avoir pris fonction suite à la suspension de Dilma Rousseff, qui fait l’objet d’un procès en destitution pour trucage des comptes publics. A en croire le ministre brésilien des Sports, Leonardo Picciani, « ce fut une conversation très positive, au cours de laquelle le président Temer a réaffirmé toutes les garanties présentées par le gouvernement brésilien pour les Jeux, évoquant la sécurité ». Cette autorité a ajouté que les travaux des installations en vue du déroulement de cet évènement sportif, qui aura lieu du 5 au 21 août prochain, sont « dans leur partie finale ».

Par ailleurs, M. Picciani a balayé tout risque de boycott de la part d’Etats ne reconnaissant pas la nouvelle administration brésilienne, à l’instar du Salvador. « Nous avons la profonde conviction que toutes les procédures qui ont abouti (à la suspension de la présidente Dilma Rousseff) se sont déroulées dans le cadre de la Constitution, en toute légalité, de manière légitime, ce qui a montré que le Brésil possède de solides institutions », a-t-il soutenu. Il sied de signaler que divers Etats d’Amérique latine, dont la Bolivie, Cuba, l’Equateur, le Nicaragua et le Venezuela, ont décrié la suspension de la dirigeante brésilienne.

 

 

Tags: , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 
*