temerLa Cour suprême brésilienne a donné son accord vendredi dernier, en vue de l’ouverture d’une enquête préliminaire sur l’actuel chef de l’Etat, Michel Temer qui est soupçonné d’être impliqué dans le vaste scandale de corruption ayant éclaboussé la compagnie pétrolière publique Petrobras, dont bon nombre de formations politiques du pays ont bénéficié.

Le président brésilien a été mis en cause par Sergio Machado, ancien président d’une succursale du géant Petrobras. Après d’être repenti, ce dernier collabore à présent, avec la justice brésilienne dans l’espoir d’obtenir une réduction de sa peine. Ses déclarations sous serment concernent, entre autres, les partis politiques brésiliens les plus importants, en l’occurrence le PMDB centriste de l’actuel dirigeant Michel Temer, le Parti des Travailleurs (PT, gauche) de l’ancienne présidente, Dilma Rousseff, et de son prédécesseur, Lula, et, enfin, le PSDB social-démocrate.

Ainsi, un magistrat de la Cour suprême du Brésil, qui traite le dossier Petrobras, a décidé l’ouverture d’une enquête contre le président Michel Temer en se basant sur les aveux de Sergio Machado qui affirme que l’actuel chef de l’Etat lui aurait demandé, il y a quatre ans, de verser de l’argent à un candidat de sa formation politique à la mairie de Sao Paulo.

Il revient désormais au procureur général de la République de décider de l’ouverture d’une enquête formelle contre Michel Temer qui a accédé, il y a peine trois semaines, à la magistrature suprême brésilienne suite à la destitution de Dilma Rousseff.

En outre, le président Temer fait l’objet d’une condamnation à huit ans d’inéligibilité pour le financement illicite de la campagne du PMDB pendant l’élection présidentielle.

 

 

Tags: , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 
*