L’Egypte abritera la première plateforme de cloud de Huawei en Afrique

L’opérateur Télécom chinois Huawei a conclu un accord avec Telecom Egypte pour y implanter sa première plateforme de données pour le «cloud» en Afrique, a annoncé mardi, le ministère égyptien des Télécommunications, en marge du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone.

Selon le communiqué du ministère égyptien, le géant chinois des télécoms et l’entreprise publique Telecom Egypte ont signé un protocole d’accord « dans le but d’établir un partenariat stratégique entre les deux sociétés dans le domaine du cloud».

Le ministre égyptien des Télécommunications, Amr Talaat a expliqué qu’«en vertu de cet accord, Huawei va créer via le centre de données de Telecom Egypte sa propre plateforme de services d’informatique dématérialisée, une première en Afrique et au Moyen-Orient».

D’après Telecom Egypte, l’accord permettra de «fournir des services de cloud au public en Egypte et dans la région environnante». Ce protocole ne s’appliquera qu’aux «services aux particuliers et aux petites et moyennes entreprises», hormis les «services gouvernementaux», a souligné la même source.

Huawei nourrit de grandes ambitions sur le continent noir, non seulement en matière de téléphonie mobile mais également dans le domaine de la vidéosurveillance.

La législation sur la protection des données personnelles étant moins rigoureuse en Afrique, le géant chinois entend développer, entre autres, des systèmes permettant la vidéosurveillance et l’analyse de données à grande échelle.

Andreï Touabovitch

Partager