Japon : exploitation des hydrates de méthane

JAPAN-EXPO-GASAyant décidé de fermer la majorité de ses centrales nucléaires, le Japon s’est contraint à rechercher d’autres sources d’énergie. Aussi, s’est-il lancé dans l’exploitation des hydrates de méthane, un gaz non conventionnel.

A côté des hydrates de schiste, il y a un autre type de gaz non-conventionnel : il s’agit des hydrates de méthane, couramment appelés « gaz qui brûle ». Dans un monde dont les ressources pétrolières ne cessent de s’amenuiser, ce fameux gaz ne cesse de prendre de l’ampleur ; d’autant plus que ses réserves mondiales seraient dix fois plus importantes que le gaz conventionnel. En ce qui concerne le Japon, ses fonds marins sont riches en hydrates de carbone. A ce propos, cet Etat a annoncé officiellement mardi avoir procédé à la première extraction d’hydrate de méthane dans un réservoir sous-marin. Cette expérience est particulièrement pertinente dans la mesure où les extractions précédentes de ce gaz avaient été réussies dans des réservoirs continentaux, à l’instar de la Russie ou de l’Alaska. En outre, depuis le tsunami et la catastrophe nucléaire de Fukushima, Tokyo importe 95 % de son énergie : les hydrates de méthane représentent donc une alternative non négligeable dans l’objectif d’alléger sa facture énergétique.

Toutefois, d’après les experts, le gisement sur lequel le Japon a mené son extraction expérimentale n’est pas rentable du fait de sa profondeur, soit 1000 mètres sous l’eau et 300 mètres sous terre. C’est d’ailleurs à ce niveau que se trouve le challenge : obtenir des débits importants sur la durée de l’exploitation. N’empêche, les hydrates de méthane ont un atout plus que considérable : leur extraction est aisée, à l’aide d’un puits. Ce qui leur procure un grand avantage par rapport au gaz naturel.

Andreï Touabovitch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager