Le Groupe Accor a été finalement contraint par la justice togolaise de se retirer de la gestion de l’hôtel Mercure Sarakawa de Lomé, à la suite d’un litige avec l’Etat togolais, propriétaire de l’établissement.

sarakawa12

Les autorités togolaises avaient demandé à la justice  « l’expulsion du Groupe français Accor pour manquements à ses obligations contractuelles », selon un communiqué officiel. L’Etat avait refusé le renouvellement du contrat de bail avec le Groupe Accor qui gérait l’hôtel depuis 1998 sous l’enseigne Mercure. Les autorités de Lomé reprochent notamment au Groupe hôtelier ses négligences en matière d’entretien et d’investissement dans l’établissement. En dépit des plaintes répétées « la direction du Groupe s’est toujours refusée à investir le moindre centime se contentant de réaliser des bénéfices ultra confortables », explique le communiqué.

Le Groupe français, qui conteste pour sa part la compétence de la justice togolaise dans cette affaire, a porté le litige devant la Chambre de Commerce Internationale de Paris. Accor estime, en outre, que la décision du Tribunal de première instance de Lomé lui a causé « un grave préjudice, comme à ses clients, fournisseurs et employés, tous devant quitter l’établissement dans l’incompréhension et l’urgence ».

Un reproche que les autorités de Lomé balaient d’un revers de la main. « Les emplois et les contrats avec les fournisseurs seront préservés », affirme l’Etat togolais en annonçant dans la foulée avoir lancé un appel d’offres pour déléguer « la réhabilitation de l’établissement et son exploitation à un opérateur de renommée internationale dans la catégorie luxe ».

 

 

Tags: , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*