Même si les Etats non membres de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) consentent à diminuer leurs productions pétrolières dans le but de stimuler la hausse des cours de l’or noir, ce ne sera pas le cas pour l’Arabie Saoudite et le Koweït. Les ministres de tutelle de ces deux derniers pays ont étayé dimanche à Abou Dhabi cette position à l’occasion d’un forum arabe sur l’énergie.

reduction-production« Si les pays non-membres de l’OPEP veulent réduire leur production, ils seront les bienvenus. Nous n’allons pas réduire la nôtre, et l’Arabie Saoudite ne va certainement pas la réduire », a déclaré sans ambages le ministre saoudien Ali al-Nouaïmi en marge de la 92è session de l’OPAEC, qui réunit les Etats arabes producteurs de pétrole et membres de l’OPEP. Lors de cette rencontre, tous les participants ont essayé de parvenir à un accord sur la réduction de la production pétrolière en se focalisant sur les positions de l’Arabie Saoudite et du Koweït, qui sont les deux producteurs majeurs de l’OPEP. Mais, ces deux derniers pays se sont opposés à cette entente.

« Je ne pense que nous avons besoin de réduire. Nous avions donné une chance aux autres et ils n’étaient pas disposés à le faire », a indiqué le ministre koweïtien du pétrole,Ali al-Omair. Ajoutant que « l’OPEP ne va pas réduire son offre. Rien ne passera jusqu’au mois de juin et il n’y aura pas de réunion extraordinaire ». Une manière de signaler que cette organisation a prévu de statuer sur la situation du marché du pétrole lors de sa prochaine réunion semestrielle.

Pour rappel, l’OPEP a décidé, lors de sa dernière réunion semestrielle le mois dernier à Vienne, de garder son seuil de production à 30 mb/j, bien que l’offre pétrolière dépasse actuellement la demande et les cours de l’or mondiaux connaissent une chute sans précédent.

 

Tags: , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*