ericEmpêtrés dans un scandale de chantage et d’extorsion de fonds, Eric Laurent et Catherine Graciet ont appris avec stupeur lundi que la maison d’édition le Seuil, qui s’apprêtait à publier leur livre contre la monarchie marocaine, n’allait plus éditer leur ouvrage dont le contenu est devenu suspect.

Le président de la maison d’édition le Seuil, Olivier Bétourné, a annoncé lundi dans un communiqué, que la publication de l’ouvrage d’Eric Laurent et Catherine Graciet ne saurait avoir lieu à cause du scandale de chantage qui a été exercé par les deux journalistes français contre le roi du Maroc. Malgré les nombreuses justifications des deux inculpés, accusés d’avoir fait chanter le roi Mohammed VI et tenté de lui extorquer des fonds, le Seuil a annoncé qu’il renonçait désormais à publier leur livre, au motif que la « relation de confiance » entre l’éditeur et les deux auteurs était « de facto dissoute ».

Peu après la publication de ce communiqué fracassant, Eric Laurent a affirmé qu’il irait publier son ouvrage ailleurs. Toutefois, estiment les observateurs, au vu de la totale déconsidération qui a frappé le journaliste et sa complice Catherine Graciet dans le milieu médiatique et culturel en France, peu de maisons d’éditions auront le courage de publier le livre.

La crédibilité des deux journalistes étant sérieusement écornée au niveau professionnel, il serait très peu probable que cet ouvrage soit un jour édité.

Les deux journalistes, mis en examen samedi par la justice à Paris pour chantage et extorsion de fonds et placés sous contrôle judiciaire, sont accusés d’avoir négocié l’abandon d’un projet de livre sur le roi du Maroc Mohammed VI, en échange de trois millions d’euros, ramenés après marchandage à deux millions.

Dépassés par la tournure prise par l’affaire, Eric Laurent et Catherine Graciet n’ont jusqu’à présent réussi à exposer aucune preuve qui pourrait les disculper malgré les nombreuses justifications présentées dans la presse ou par le biais de leurs avocats.

 

Tags: , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*