Cinq jours après l’une des rares fois où démocrates et républicains des deux Chambres parlementaires se sont mis d’accord, le président américain Barack Obama a promulgué hier mercredi 22 février 2012 la prolongation des allègements de charges pour les salariés jusqu’à fin 2012 et une extension des allocations chômage.

La tentation est grande de croire que le danger de s’opposer à des allègements fiscaux en pleine année électorale ait joué un rôle déterminant dans cette entente entre républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, et démocrates, majoritaires au Sénat, non sans une multitude de tractations et de compromis au final. Le texte promulgué par Barack Obama, qui marque là un point par rapport à son futur adversaire républicain à la course à la présidentiel de novembre, comprend donc des allègements fiscaux de 6.2% à 4.2% ainsi qu’une extension des allocations chômage jusqu’à la fin de l’année mais également le renvoi de la baisse dans les remboursements de santé dans le cadre d l’assurance maladie Medicare réservée aux personnes âgées à après le scrutin présidentiel. Selon la Maison Blanche, cette prolongation des exemptions des contributions sociales devrait permettre d’éviter une augmentation des impôts de chaque foyer de 1 000 dollars en moyenne.
Pour arriver à cette entente, les républicains ont dû renoncer à la compensation des dépenses de ce programme par d’autres coupes tandis que les démocrates abandonnaient l’exigence d’une augmentation d’impôts pour les plus riches pour financer ces mesures dont le coût a été estimé à près de 150 milliards de dollars.

 

Tags: , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*