cunhaLe président de la Chambre des députés du Brésil, Eduardo Cunha, vient de présenter sa démission, ouvrant un nouveau chapitre dans la crise politique que connaît ce pays d’Amérique du Sud.

Pour rappel, Cunha avait initié la procédure de destitution de la présidente brésilienne, Dilma Rousseff, qui est, à l’heure actuelle, suspendue et en cours de jugement par la Cour suprême. Il fait par ailleurs l’objet de diverses accusations pour corruption et son nom revient dans bon nombre d’affaires. Il lui avait été également reproché de posséder un compte bancaire non déclaré en Suisse. Sur base de ces différents motifs, la Cour suprême du Brésil avait pris la décision de le suspendre il y a deux mois.

Eduardo Cunha fait aussi l’objet d’une procédure de cassation du comité d’éthique de la Chambre des députés du Brésil qui l’a inculpé à deux reprises.

Le président démissionnaire de la Chambre des élus brésiliens était le principal opposant à Dilma Rousseff. Cette dernière l’a même traité de «conspirateur en chef» au lendemain de l’engagement de la procédure de destitution à son encontre dont Cunha était à l’origine.

Certains observateurs estiment que la démission d’Eduardo Cunha, qui est l’un des alliés du chef de l’Etat brésilien par intérim Michel Temer, n’est rien d’autre qu’une manœuvre politique. Cunha espère ainsi être en mesure de conserver son statut de parlementaire, de sorte à ne pas être condamné par la justice brésilienne en première instance. Suivant les dispositions légales brésiliennes, seule la Cour suprême est habilitée à juger les parlementaires et les membres du gouvernement.

 

Tags: , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 
*