Afrique du Sud : le gouvernement plafonne la hausse des frais universitaires

frais-universitaires-af-du-sudLes autorités sud-africaines ont avalisé lundi une augmentation des frais universitaires ne dépassant pas les 8 % pour l’année académique 2017.

C’est une décision très délicate que le gouvernement sud-africain vient de prendre. En effet, le même sujet avait provoqué l’année dernière des troubles dans les campus universitaires, obligeant l’Exécutif à geler toute hausse des frais académiques. Ainsi, le ministre sud-africain de l’Enseignement supérieur, Blade Nzimande, a expliqué, en conférence de presse à Pretoria, avoir recommandé « qu’un ajustement équitable ne devrait pas excéder 8 % », ce qui serait supérieur à l’inflation (6 %). Néanmoins, cette autorité a laissé à chaque établissement de formation la possibilité de fixer le montant de son augmentation. « Nos universités rencontrent de graves difficultés financières », a affirmé M. Nzimande. « Notre mission immédiate et urgente est de s’assurer que, tout en continuant à améliorer l’accès aux études secondaires, nous n’affaiblissons pas la viabilité » du secteur universitaire, a-t-il soutenu par la suite. En outre, l’Exécutif a promis de trouver les moyens d’aider les élèves issus de familles modestes, ouvrières ou de classe moyenne, dont le revenu annuel par foyer est inférieur à 38 000 euros (42 000 dollars). Le ministre a précisé que ces allocations serviront à compenser l’augmentation des frais académiques.

Malgré tout, les étudiants n’ont pas apprécié cette décision. De l’avis de Fasiha Hassan, la représentante des étudiants de l’université de Witwatersrand à Johannesburg qui était en tête de la protestation l’an dernier, « des milliers d’étudiants vont être exclus de l’université ». « Le gouvernement a de nouveau donné pouvoir » aux universités pour fixer le montant des frais de scolarité, « c’est l’exact opposé de ce qu’on demandait », a déploré la responsable des étudiants.

Francis Shwarz

Francis Shwarz

ancien Senior Consultant spécialisé dans les questions de stratégie économique au sein de la société Boston Consulting Group (BCG), et ancien manager au sein du groupe spécialisé dans les services pétroliers Schlumberger. en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager