En raison d’un bond des importations, la Chine a enregistré un déficit commercial en février dernier. Celui-ci est le plus important que le pays ait connu depuis une décennie.

Samedi dernier, les chiffres révélés par les services chinois des douanes sur leur site internet étaient sans appel : sur un an, les importations ont augmenté de 39,6 %, atteignant 145,96 milliards de dollars américains et les exportations, de 18,4 %, ce qui équivaut à 114,47 milliards de dollars américains. Résultat : un déficit commercial de 31,48 milliards de dollars américains qui bat, au passage, le record de la décennie. Ce constat a surpris les experts selon les prévisions desquels les importations et les exportations devaient progresser respectivement de 26 % et 28,8 %. Ce qui aurait abouti à un déficit commercial avoisinant les 8,5 milliards de dollars américains. Mais toutes ces anticipations se sont avérées très éloignées de la réalité. Pour cause, les importations ont été tirées vers le haut par le pétrole, qui atteint 23,64 millions de tonnes de volume pour 19,47 milliards de dollars américains.

Ce déficit commercial a largement suffi à plus d’un commentateur pour prédire le prochain ralentissement de la croissance chinoise : « d’une manière générale, nous assistons à une accélération de la détérioration des conditions économiques », estimait Zhang Zhiwei, économiste chez Nomura Securities, avant d’ajouter, « le ralentissement survient plus rapidement que ce que prévoyait le gouvernement ».

 
 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*