Samedi 19 mai dernier, la BERD (Banque Européenne de Reconstruction et de Développement) a annoncé la création d’un fonds spécial à destination de l’Egypte, de la Tunisie, du Maroc et de la Jordanie, pour assister ces pays dans leur développement.

Ce fonds s’inscrit dans le cadre de la promesse des grandes puissances et des organisations financières d’assister les pays arabes qui faisaient le choix de la démocratie. Il y a de cela un an, les dirigeants des pays du G8 étaient réunis à Deauville. L’on était alors en plein printemps arabe. Les pays du G8 avaient alors formé un partenariat dit « partenariat de Deauville » et dont le but était d’aider les pays arabes dans leur transition vers la démocratie. Ce partenariat devait en partie être financé par les banques multilatérales de développement. La banque a choisi l’Egypte, la  Tunisie, le Maroc et la Jordanie en se basant sur les engagements de leurs autorités à respecter la démocratie pluraliste et à promouvoir l’économie de marché. Avec près d’1.3 milliard de dollars US, ce fonds permettra à la BERD de soutenir dans ces pays des projets prioritaires comme le développement du secteur privé, les PME, le secteur financier et l’énergie.

Initialement créée pour soutenir les économies des pays anciennement communistes de l’Europe de l’est et ceux d’Asie centrale, la BERD ne cesse d’étendre sa zone d’intervention. Son action dans sa nouvelle zone d’intervention pourrait très bientôt se chiffrer à plus de 3 milliards de dollars d’investissements par an.

 
 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*