La Chine, pilier de l’économie de l’Asie

Selon une étude du Conseil de Coopération Economique du Pacifique (PECC), le ralentissement de l’économie chinoise constitue le premier danger pour la croissance de l’Asie.

Avant de s’inquiéter d’une crise en Europe ou aux Etats-Unis, l’Asie s’enquiert d’abord de la situation en Chine. C’est la conclusion à laquelle a abouti une étude du PECC. Celle-ci a réuni les avis et considérations de 500 responsables régionaux : des universitaires, des hommes d’affaire et des autorités gouvernementales ont constitué l’échantillon. Pour la majorité de ces dirigeants, les problèmes économiques chinois sont, en Asie, plus préoccupants que ceux de l’Europe ou des USA. L’investigation a estimé à 56 % la proportion de ces responsables se préparant à des contre-performances économiques chinoises au cours des 12 mois suivants. Pourtant, ils étaient à 36 % à adopter la même attitude l’année dernière. Cela prouve à suffisance le poids économique sans cesse croissant de l’Empire du Milieu dans cette région.

Cette étude a été publiée à quelques jours du Forum de Coopération Economique  Asie – Pacifique (APEC). Une rencontre au sommet qui se déroulera en fin de semaine dans la ville russe de Vladivostok. Pékin cristallisera bien entendu toute l’attention au cours de cet évènement. En effet, la Chine est actuellement dans une mauvaise passe économique. Déjà, le pays n’a réalisé qu’un faible 7,6 % de croissance au deuxième semestre, soit son plus faible taux depuis 2009. Et, plus récemment, son activité manufacturière a poursuivi sa contraction au mois d’aout. Si l’Asie compte sur la Chine pour tirer sa croissance vers le haut, la deuxième économie mondiale subit, quant à elle, les effets de la crise européenne, notamment, avec un recul des exportations. Comme quoi, tout semble lié.

Andreï Touabovitch

One thought on “La Chine, pilier de l’économie de l’Asie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager