Afin de contrecarrer la chute des cours du pétrole et d’adopter des mesures visant la stabilisation du marché de l’or noir, le Koweït a préconisé dimanche que des consultations impliquant les différents membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) soient organisées.

oppopDécidément, la prochaine réunion des 12 Etats membres de l’OPEP, prévue pour le 27 novembre prochain à Vienne, s’annonce décisive. D’autant plus que les prix du pétrole n’ont jamais été aussi bas depuis quatre ans. Ainsi, le Koweït multiplie-t-il les prises de position avant ce rendez-vous capital. La dernière en date a été diffusée par l’agence officielle Kuna à la suite d’une rencontre conjointe du Conseil des ministres et du Conseil supérieur du pétrole, à savoir la principale autorité énergétique du pays.

Lors de cette réunion, les participants ont listé « les mesures nécessaires qui doivent être prises » de sorte à contenir la chute des prix du pétrole. Parmi celles-ci, il a été préconisé   « des consultations avec les membres de l’OPEP pour discuter des meilleurs moyens de soutenir les prix du brut et défendre les intérêts de toutes les parties », comme repris par Kuna. Contrairement à ce que certains observateurs s’attendaient, ces autorités koweitiennes n’ont pas proposé de changer la production de l’OPEP. A titre d’information, celle-ci est actuellement supérieure de 600 000 barils/jour à sa limite fixée à 30 millions de b/j.

Vendredi dernier, le baril du brut koweitien valait 71,4 dollars, perdant ainsi depuis juin 2014, plus de 37 dollars de son prix. Bien entendu, tout cela a un impact sur les recettes du pays : d’après le ministère des Finances, celles-ci ont baissé de 4,4 % au premier semestre de l’année fiscale, entamée en avril.

 

Tags: , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*